Chargement en cours...
En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation de Cookies pour mesurer l'audience de ce site, vous proposer de la publicité adaptée à vos centres d'intérêts et pour partager le contenu de notre site. Afin de savoir comment paramétrer les "cookies" et comment s'y opposer, merci de consulter notre rubrique Cookies.
Le savoir-faire
La fabrication
La petite histoire

La Coutellerie Nontronnaise

Le couteau de Nontron est fabriqué dans une ancienne coutellerie traditionnelle, la manufacture de la Coutellerie Nontronnaise. Ce couteau de poche original est une référence.

A Nontron, petite ville de Dordogne, dont il porte le nom, la tradition coutelière perdure depuis le 15° siècle.

Il ne faut pas moins de quarante opérations successives pour fabriquer ce couteau dont la forme en sabot ou en boule est renommée et qui est réputé être le plus ancien couteau de poche recensé en France. La pyrogravure qui orne ses manches ont une origine incertaine. Les motifs, dont on ignore toujours l’origine et la signification, se composent de «mouches» : sortes de V inversés encadrés de 3 points et de rangées de petits points. Symboles religieux ou référence aux compas des Compagnons du Devoir ? Cela fait plus d’un siècle que ces mouches font parler d’elles. Apparues en même temps que la forme « sabot » du manche, elles décorent aujourd’hui l’ensemble des modèles Nontron en buis, de poche comme d’office et de table.

La manufacture de la Coutellerie de Nontron perpétue cette tradition avec la même exigence de qualité.


 

La fabrication des couteaux de Nontron peut nécessiter jusqu'à quarante opérations successives.

Choix et travail de l'acier
Toutes les lames des couteaux pliants de Nontron sont forgées à chaud à la Forge de Laguiole. L'acier utilisé provient des Aciéries de Bonpertuis (Isère). Trois types d'acier sont utilisés :
-  l'acier carbone XC75 présent sur tous les couteaux anciens. Cet acier est tendre mais oxydable. Il exige un entretien sérieux et régulier.
- l'acier T12, plus riche en chrome; Plus dur que l'acier carbone, il est  moins sensible à l'oxydation.
Ces deux aciers sont forgés à 1080°C et subissent des trempes successives, et particulièrement une trempe dure à l'huile. Ces trempes permettent de garantir une qualité de lame exceptionnelle.
- l'acier inox dit "alimentaire" exclusivement réservé aux couteaux de table. Le damas carbone (140 couches) est issu d'une technique de forge qui consiste à empiler en alternance un acier dur et un acier plus doux. Ces lames sont réalisées par les meilleurs forgerons français.

Le choix des bois pour la réalisation des manches
La manufacture Coutellerie Nontronnaise sélectionne les plus beaux morceaux de bois précieux ainsi que des matériaux contemporains (Corian®…) pour la réalisation des manches de ses couteaux.
Après quatre années minimum  passées dans le séchoir à l’air libre de l'atelier de coutellerie, les branches de buis blond sont découpées en quillons à la scie à ruban. Ces ébauches de section carrée sont ensuite tournées à l’aide d’un outil spécial pour leur conférer la forme souhaitée, puis sont rectifiées manuellement.
Les essences de bois proviennent en quasi totalité des campagnes françaises (buis, bois d'olivier, genévrier...) et les bois exotiques proviennent de coupes respectant les normes PEFC.

Fabrication de la virole
Cinq étapes principales, parmi un total de quarante, sont nécessaires au montage d’un Nontron fermant à virole :
o    mise en place de la virole fixe
o    montage de la lame
o    rivetage du clou
o    montage de la virole tournante
o    rivetage du cachet.

Embellissements et finitions
L'artisan coutelier utilise deux fers pour réaliser les pyrogravures : un pour les pointillés et un autre pour les mouches. Ces dernières, signes de reconnaissance des Nontron, ne sont appliquées que sur les modèles en buis (à l’exception du modèle N° 30 boule et de certaines créations) entre les rainures du manche, les bases tournées vers les extrémités du manche. Ainsi, un Nontron pliant traditionnel est-il paré de 4 rangées de pointillés et de 5 mouches.
Une fois le couteau assemblé et pyrogravé, le même coutelier s’emploie à le parfaire : ponçage et polissage du manche, réglage de la lame (polissage, centrage et serrage), affûtage.

Contrôle qualité
Avant d'être expédié, chaque couteau passe obligatoirement par le contrôle qualité.
Après un nettoyage précis et minutieux, chaque couteau sera contrôlé et vérifié un à un.
Si le moindre problème est détecté, le couteau sera automatiquement renvoyé au coutelier pour la remise en état.

 
Histoire du couteau Nontron
Le Nontron porte le nom de son village. Son histoire est si ancienne qu’il est incertain d'en dater l'origine. Les spécialistes s'accordent pour dire que ce couteau du Périgord est le plus vieux couteau de France. Guillaume de la Villeneuve faisait déjà allusion aux «couteaux de Pierregord» dans sa «Nomenclature des crieries de Paris », au début du XIIIème siècle ; il est donc possible que cette région du sud-ouest produisit des couteaux et autres outils tranchants bien avant le bas Moyen-âge.
Tous les ingrédients étaient en effet réunis pour cette activité : le minerai de fer (nontronite), présent sur place et depuis fort longtemps exploité par le peuple gaulois des Petrocorii (forges d’Azat-en-Nontronnais, entre autres) ainsi que les massifs de buis, pour la matière première, et les eaux pures très froides du Bandiat, en contrebas du village, pour la trempe des lames. L’historien et géographe grec Strabon d’Amasée, contemporain de Jules César et grand voyageur, décrit les Pétrocores comme d’excellents travailleurs du fer.
Vers 1300, le glossaire de Saint-Palaye rapporte les écrits des poètes qui rendaient hommage à ces outils tranchants. Les compagnons couteliers parisiens prirent l’habitude de passer par Nontron pendant leur tour de France. C’est cette réputation d’excellence dans le travail du métal qui explique pourquoi le roi de France Charles VII « le victorieux » (mis sur le trône par Jeanne d’Arc) aurait commandé son épée à Nontron.
Le 13 octobre 1653, Guillaume Legrand, maître coutelier de la paroisse Saint- Eustache à Paris épouse Marie Belleterie de Nontron et s’installe dans la ville de son épouse pour y fabriquer le couteau éponyme. C’est seulement quelques décennies plus tard que les premiers Nontron se seraient parés d’une virole tournante.
En 1788, la région Périgord compte trente-cinq coutelleries, selon l’inspecteur des Manufactures et Fabriques de la Généralité de Bordeaux. La ville de Nontron, avec seulement 2800 âmes, emploie alors huit ouvriers couteliers dans cinq coutelleries qui jouissent d’une excellente réputation.
Deux familles - qui marqueront l’histoire du Nontron plus d’un siècle durant - font leur entrée à la fin du 18ème siècle: les Bernard et les Petit. Lors du premier conflit mondial, les ouvriers des coutelleries Petit et Bernard se consacreront, sur demande du Ministère de la Guerre, à la fabrication de Nontron à cran d’arrêt. Dix ans après la fin de la Grande Guerre, ne subsiste plus que la Coutellerie Petit.
La « Coutellerie Nontronnaise » a été créée en 1928. Alphonse Chaperon, garagiste à Nontron, s’en porte acquéreur en 1931. Son fils Gérard tiendra les rênes de la Coutellerie artisanale de Nontron de 1943 à 1986, année de son rachat par la SARL Bernard Faye qui la vendra à son tour à la SARL Forge de Laguiole en 1992. La Forge de Laguiole aura à cœur de préserver ce savoir-faire coutelier sur son territoire. Dans son nouvel écrin de bois et d’aluminium signé Luc-Arsène Henry depuis le 21 juin 2000, le coutelier d'art s’est offert les services de designers internationalement reconnus afin d’aborder le troisième millénaire avec la farouche volonté de faire savoir que le plus vieux couteau français est dans la force de l’âge.
L'entreprise artisanale compte actuellement une vingtaine de couteliers et est labellisée Entreprise du Patrimoine Vivant.


 

Univers produits du fabricant

Le « Nontron », le plus vieux couteau français ! Décliné en couteaux de poche pliants, reproduction de modèles anciens, couteaux de table design, dessinés par des créateurs réputés : un large choix de pièces « quasi » uniques.

2 collections
19 articles
Découvrir
fra
1