Chargement en cours...
En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation de Cookies pour mesurer l'audience de ce site, vous proposer de la publicité adaptée à vos centres d'intérêts et pour partager le contenu de notre site. Afin de savoir comment paramétrer les "cookies" et comment s'y opposer, merci de consulter notre rubrique Cookies.

Oreiller 50% duvet 50% plumettes canard

Descriptif produit
Fiche technique
La petite histoire

Oreillers, garniture canard neuf 50 % duvet – 50 % plumettes,
« Modulo » et « Modulo Santé »


Des oreillers au confort moelleux, garnis de 50 % de duvet et 50 % de plumettes neufs, de canard argenté de France, élevé en Aquitaine.

Par leur accueil enveloppant, ils sont naturellement ergonomiques et absorbent les points de tension. Ils sont adaptés au couchage dos et côté.
Leurs enveloppes, blanches, sont en calle de coton, une toile au tissage extrêmement serré pour ne pas laisser passer les duvets, avec une finition passepoil.

Proposés en trois versions de fermeté et de gonflant ( plat, souple et ferme ), ces oreillers sont disponibles dans  la configuration classique et dans la configuration « Santé » à l’enveloppe traitée aux huiles essentielles contre les acariens.

Vendus dans 3 tailles, 50x70, 60x60, et 65x65 cm.

Fabriqués en France, dans les Pyrénées

  

Matière / Composition
-  garnissage neuf : 50 % duvet, 50 % plumettes de canard neuf argenté de France
-  enveloppe : calle luxe 100 % coton

Poids :

-  garniture :

  • 850 gr pour la taille 65x65 pour le "Modulo Souple" - Densité modulée : 2000 gr/m²

Traitement
-  enveloppe version « Santé » : Greenfirst®, aux huiles essentielles anti-acariens,
   lavande, citron, eucalyptus

Entretien
-  lavage à 40° C
-  séchage en machine

Labels et Garanties
-  labels : OEKO Tex, Belle Literie Excellence, certifications AFNOR pour la qualité
   et pour l’environnement

« Canard »

Bien sûr ce mot désigne cet oiseau palmipède, domestiqué ou sauvage, aux plumes recherchées  et à la chair appréciée.
Mais le cri et le barbotage de cet oiseau aquatique ont fait employer « canard » avec des sens imagés.

Ce même mot utilisé familièrement pour parler d’un journal ; cette expression vient du fait qu’autrefois à Paris on criait la vente de petits imprimés qui contenaient le récit d’un évènement du jour.

Employé aussi pour parler de manière imagée d’un petit morceau de sucre trempé délicatement dans le café ou dans de l’eau de vie, comme le canard se mettant à l’eau.

fra
1